Peut-on changer soi-même les plaquettes de frein sur une moto ?

Publié le : 02 mars 202311 mins de lecture

Changer les plaquettes de frein n’est en principe pas difficile, mais doit être fait avec beaucoup de soin. C’est pourquoi nous vous prions d’étudier attentivement ces instructions. Le remplacement des plaquettes selon les instructions suivantes ne doit être effectué que par des « bricoleurs » expérimentés. Ne prends pas le risque de manquer de sécurité ! Si vous ne vous sentez pas convaincu par vos capacités, confiez impérativement le service des freins à un atelier professionnel.

Changer les plaquettes de frein sur une moto

Développé à l’origine pour le train de roulement des avions, le frein à disque a fait son entrée dans la construction des motos japonaises à la fin des années soixante. Le principe de ce type de frein est aussi simple qu’efficace : deux garnitures de frein, également appelées plaquettes de frein, placées l’une en face de l’autre sont pressées par la haute pression d’un système hydraulique contre le disque en métal durci en surface placé entre elles. L’avantage d’un frein à disque par rapport à un frein à tambour réside dans une meilleure ventilation et un meilleur refroidissement du système, associés à une pression plus efficace de la plaquette sur le sol. Tant les plaquettes que les disques de frein sont soumis à une usure due à la friction, qui dépend des habitudes de conduite et de freinage de l’utilisateur : un contrôle visuel régulier est donc indispensable pour la sécurité de conduite. Pour contrôler les plaquettes de frein, il est généralement possible de soulever un couvercle sur l’étrier de frein, également appelé étrier de frein. Les plaquettes sont alors visibles : la garniture de friction collée sur une plaque de base est souvent pourvue d’une rainure qui indique la limite d’usure. Celle-ci se situe en général à 2 mm d’épaisseur de la garniture.

Remarque : au fil du temps, un « épaulement » se forme sur le bord supérieur du disque. Celui-ci indique alors déjà une certaine usure. Lors de la mesure avec le pied à coulisse, cet épaulement peut toutefois fausser les résultats de la mesure ! Compare la valeur constatée avec la limite d’usure, qui est généralement estampillée à la base du disque ou peut être consultée dans le manuel d’atelier. Remplace le disque à temps, car un dépassement vers le bas de la valeur limite peut entraîner une diminution de l’effet de freinage avec une surchauffe simultanée du système et un endommagement irréparable de l’étrier de frein ! Le disque doit également être remplacé en cas de verrouillage important.

Contrôler le disque de frein avec une vis micrométrique

Veuillez également contrôler la plaquette de frein sur le côté ou par en dessous : une usure oblique indique une suspension défectueuse de l’étrier et peut entraîner une détérioration prématurée du disque de frein ! Il est recommandé de remplacer les plaquettes de frein avant les longs voyages de vacances, même si elles sont encore un peu loin de la limite d’usure. Les plaquettes plus anciennes ou celles qui sont souvent freinées à chaud peuvent également perdre de leur efficacité en raison de la vitrification du matériau, de sorte qu’un remplacement s’impose. Le disque de frein doit également être contrôlé de temps en temps. Les disques de frein modernes et légers sont soumis à une charge non négligeable due à la « morsure » de l’étrier à quatre ou six pistons. L’épaisseur résiduelle du disque est déterminée à l’aide d’une vis micrométrique.

Les 5 péchés capitaux lors du changement des plaquettes de frein

PAS : ne pas se laver les mains après avoir nettoyé l’étrier de frein.

PAS : lubrifier les pièces mobiles des freins avec de la graisse.

PAS : utiliser de la pâte de cuivre pour lubrifier les plaquettes en métal fritté.

PAS : renverser du liquide de frein sur les nouvelles plaquettes de frein.

PAS : repousser les plaquettes de frein avec un tournevis.

Comment changer les plaquettes de frein ?

01 – Aspirer le liquide de frein

Pour éviter que le liquide ne déborde et n’endommage la peinture lorsque vous repousserez plus tard le piston de frein, recouvrez d’abord le réservoir et toutes les pièces peintes à proximité du réservoir de liquide de frein. Les éventuelles fuites de liquide de frein attaquent la peinture et doivent être immédiatement nettoyées à l’eau (et pas seulement essuyées) en cas d’urgence. Placez la moto de manière à ce que le réservoir de liquide soit en position horizontale et que le contenu ne s’écoule pas immédiatement à l’ouverture du couvercle. Ouvrez maintenant le couvercle, retirez-le dans un chiffon et aspirez le liquide du réservoir jusqu’à la moitié environ. Pour l’aspiration, le plus professionnel est d’utiliser un dégonfleur de frein ou un flacon-pompe. Si le liquide a plus de deux ans, il est recommandé de le remplacer ; un liquide trop vieux se reconnaît à sa coloration brunâtre !

02 – Retirer l’étrier de frein

Desserrer la fixation de l’étrier de frein sur la fourche et soulever l’étrier du disque afin d’accéder aux plaquettes de frein.

03 – Démonter les plaquettes de frein

Le démontage proprement dit des plaquettes est assez facile. Dans notre exemple illustré, elles sont guidées par deux goupilles de maintien et sont maintenues en position par un ressort. Lorsque les clips de sécurité sont retirés des goupilles de retenue, celles-ci peuvent être démontées. Les goupilles bloquées doivent être chassées à l’aide d’un poinçon adapté. Il faut faire attention : Le ressort a tendance à sauter involontairement de sa position et à se volatiliser dans un coin de l’atelier. Pour le montage ultérieur, mémorise absolument sa position de montage – prends éventuellement une photo avec ton téléphone portable. Après le démontage des goupilles, les plaquettes de frein peuvent être retirées. Remarque : fais attention aux « tôles anti-dérapantes » éventuellement montées qui peuvent se trouver entre la plaquette de frein et le piston : Celles-ci doivent impérativement être remontées dans la même position pour remplir leur fonction ! Ici aussi, une photo prise avec un téléphone portable peut aider.

04 – Nettoyer et contrôler l’étrier de frein

Nettoie et contrôle minutieusement les étriers de frein. Veille surtout à ce que l' »intérieur » soit sec et que les manchons anti-poussière soient correctement montés sur les pistons de frein, s’il y en a. L’humidité est le signe d’un manque d’étanchéité du piston. Les manchons anti-poussière ne doivent pas être cassants ou percés, sinon l’humidité s’infiltre dans le piston. Le remplacement du manchon antipoussière (s’il y en a un) est facile à effectuer de l’extérieur, pour le remplacement de la bague d’étanchéité, consulte un manuel de réparation. Nettoie ensuite l’étrier de frein, comme indiqué sur l’illustration, avec une brosse douce en laiton ou en plastique et du nettoyant pour freins. Si possible, ne vaporise pas le nettoyant directement sur la manchette antipoussière. Ne brosse pas la manchette !

Maintenant, nettoyez également le disque de frein avec un chiffon propre imprégné de nettoyant pour freins.

05 – Repousser les pistons de frein

Enduire les pistons de frein nettoyés d’un peu de pâte pour cylindres de frein. Repousser les pistons de frein à l’aide d’un poussoir de piston de frein. Vous avez maintenant fait de la place pour les nouvelles plaquettes plus épaisses. Remarque : n’utilisez pas de tournevis ou autre pour remettre les pistons de frein en place. Avec de tels outils, il y a un risque de coincement, le piston de frein se bloque alors un peu de travers dans son logement et un frottement ultérieur de ton frein en serait la conséquence. En repoussant le piston, faites attention au niveau du liquide de frein dans le réservoir – il augmente en raison du mouvement de retour du piston !

06 – Installer les plaquettes de frein

Pour que les nouvelles plaquettes ne grincent pas après le montage, il faut appliquer une fine couche de pâte au cuivre sur la face arrière métallique et, le cas échéant, sur les bords ainsi que sur les goupilles de retenue nettoyées pour les plaquettes de frein organiques. Pour les plaquettes de frein frittées, qui peuvent être plus chaudes, et pour les véhicules avec ABS, pour lesquels il ne faut pas utiliser de pâte de cuivre car elle est conductrice, on utilise de la pâte céramique. La pâte ne doit en aucun cas être appliquée sur la garniture ! Plus efficace et plus propre que la pâte de cuivre ou de céramique, le film anti-dérapant de TRW est simplement collé au dos de la plaquette. Il convient aux systèmes de freinage avec ou sans ABS et aussi bien aux plaquettes frittées qu’aux plaquettes organiques, à condition qu’il y ait suffisamment de place dans l’étrier de frein pour le film d’une épaisseur d’environ 0,6 mm.

07 – Insérer les nouvelles plaquettes dans l’étrier

Placer maintenant les nouvelles plaquettes dans la pince, les faces intérieures se faisant face. Ajouter les éventuelles tôles anti-corrosion dans la bonne position. Insérer une goupille de retenue et poser le ressort. Appuyer sur le ressort et mettre en place la deuxième goupille de retenue. Mettre en place les nouveaux clips de sécurité. Vérifie encore une fois ton travail avant de passer au montage final.

08 – Montage final

Pour pouvoir placer la pince de frein sur le disque, les plaquettes doivent être poussées le plus loin possible vers l’extérieur, de manière à créer un espace libre. Placer ensuite l’étrier sur la fourche, au-dessus du disque. Si cela n’est pas encore possible, le piston de frein s’est probablement légèrement déplacé de sa position initiale et doit être repoussé. Pour cela, utiliser si possible le dispositif de rappel du piston. Lorsque l’étrier de frein est en place, il est serré au couple prescrit.

09 – Entretenir un frein monodisque

Pour entretenir un frein monodisque sur une moto, remplissez à nouveau le réservoir de liquide de frein jusqu’au repère « maxi » et fermer le bouchon ; dans le cas d’un système à double disque, il faudrait d’abord réviser le deuxième étrier de frein. Avant de faire un essai, fais avancer le piston de frein dans sa position de travail en « pompant » plusieurs fois le levier de frein. C’est très important, sinon tes premiers essais de freinage seraient vains ! Au cours des 200 premiers kilomètres, évite les freinages forcés, continus et par frottement afin que tes plaquettes puissent se frotter aux disques de frein sans se vitrifier.

Plan du site